FDL - Programme 2020-2023

Fonds de Dotation du Libre :  fdl-leg.org

Financement des éditeurs de logiciels libres de 60% à 72%

Annuaire de 100 éditeurs européens, 2 x GAFAM

Le fonds de dotation du libre

  • finance la R&D des éditeurs de logiciels libres (60% à 72%)
  • maintient un annuaire de plus de 100 éditeurs, potentiellement 500
  • avec yne couverture fonctionnelle équivalent à 2 fois les GAFAM
  • Quelle que foit le besoin, il existe toujours entre 2 et 10 éditeurs européens de logiciels libres pour y répondre

Un écosystème sous-valorisé

2 G€ de CA, 3 G€ de CAP, 12K FTE

L'écosystème des éditeurs de logiciels libres, c'est :

  • 12.000 salariés
  • 2 milliards d'euros de CA
  • 3 milliards d'euros de capitalisation
  • Une valorisation 1000 fois inférieure aux GAFAM pour une couverture fonctionnelle supérieure

Fournisseurs européens de technologies de Cloud

  • drbd (Linbit) - Porsche, stockage haute performance, haute disponibilité
  • OpenNebula (OpenNebula) - BSO, opérateur français de cloud avec 220 points de présence dans le monde ;
  • OpenSVC (OpenSVC) - BNP et Société Générale pour de l'orchestration haute disponibilité ;
  • Proxmox (Proxmox) - alternative à VMWare pour des milliers de PME dans le monde ;
  • SlapOS (Nexedi) - edge computing au sein du Groupe PSA et Rapid.Space, seul opérateur de cloud européen avec présence en Chine continentale.
  • XCP-NG (Vates) - CERN, gestion de machines virtuelles

Il existe au moins six éditeurs européens de logiciels libres d'infrastucture de cloud. Seul un des six est repésenté parmi les membres fondateurs de Gaia-X.

L'Etat français (hors DGE) sabote inconsciemment les éditeurs européens de logiciels libres

  • Déni
  • Asphyxie financière
  • Aides illégales ou contre-productives
  • Favoritisme
  • Dénigrement

Gaia-X : un cloud européen sans les industriels européens du cloud ?

Continuer dans cette voie, c'est perdre l'opportunité de créer une filière industrielle et d'enrichir un écosystème sous-valorisé.

Déni

  • Directeur de TECH.GOUV parle "souches de logiciels libres" depuis 2012 dans la Jaune et la Rouge, comme si les logiciels étaient développés par des bactéries et non par des éditeurs
  • Directeur interministériel du numérique déclare : "on a constaté au fil des années une dérive commerciale", on a connu meilleur soutien aux créateurs d'entreprises exportatrices de logiciels libres
  • Directeur du projet Tchap à la DINUMM oppose "éditeur ou libre", comme s'il n'y avait pas d'éditeurs de logiciels libres 
  • Socle Interministériel du Logicel Libre : aucun éditeur n'est cité et aucun logiciel des grandes éditeurs français

Asphyxie financière

  • nous partageons l'analyse du conseil national du logiciel libre
  • les grands marchés de support open source cassent la chaîne de valeur des éditeurs
  • l'Etat finance des intégrateurs qui ne financent pas les éditeurs
  • or les éditeurs assurent la majorité de l'innovation dans le libre

Aides illégales ou contre-productives

  • Systematic a soutenu au moins 3 fois le développement sur la base de technologies américaines d'un logiciel concurrent d'un logiciel libre existant édité en France, parfois par un membre de Systematic
  • GaiaX : 21 des 22 membres sont intimement liés à des technologies américaines ou chinoises pour leur coeur de cloud, ce qui ne laisse rien présager de bon en termes de souveraineté effictive. Les premières décisions du projet sont d'inviter les clouds américains plutôt que les industriels européens des technologies du cloud.

(...) 

Favoritisme

  • Ministère de l'éducation : choix d'AWS
  • Secrétaire d'Etat au Numérique : le cloud interne de l'Etat "reposera sur un socle open source OpenStack" (OpenStack est édité par une fondation dont 95% des fondateurs sont américains ou chinois, alors qu'existe 5 alternatives européennes, et que plus de 50% des projets OpenStack échouent)
  • Health Data Hub : choix sans cahier des charges Microsoft Azure pour refaire ce que fait depuis des années l'APHP avec scikit-learn

Dénigrement

  • Secrétaire d'Etat au Numérique : "La solution française ne nous permettait pas (...) de mener les recherches scientifiques sur les données de santé (...) ; l’évaluation technique était très claire sur ce point."
  • Député de la majorité gouvernementale : "Face à l’absence d’offres de service comparables en Europe l’organisation des Jeux Olympiques de #paris2024 opte pour le cloud AlibabaGroup"

Or, il existe des solutions européennes souveraines (BSO, Rapid.Space, etc.). De telles déclarations détruisent la valeur des éditeurs européens de technologies de cloud au-delà de l'Etat : elles sont entendues par le CIGREF ou les DSI du CAC40 qui y voient confirmation de leurs choix anti-européens.

Mesures correctives simples

  • Financer l'annuaire FDL (de 100 à 500 éditeurs)
  • Financer la présence du FDL dans Gaia-X
  • Inscrire le nom des éditeurs et leur origine dans le SILL
  • Amender la doctrine anti-éditeurs de LL (DINUMM, TECH.GOUV)

Rendre visible l'écosystème des éditeurs européens de logiciels libres et valoriser ceux qui y ont recours est de nature à encourage d'autres acteurs à les adopter. Cela passer par des mesures impliquant l'Etat, qui en France a (hélas) dix ans d'avances sur le CAC40 dans ses chois informatiques.

L'annuaire des éditeurs de LL combine nom du logiciel, nom de l'éditeur et case study chez un industriel. Il permet d'atteindre simplement l'objectif de rendre visibles les alternatives aux GAFAM déjà déployées.

Cinq projets d'infrastructure souveraine initiables en 3 mois

  • Governement Data Hub (remplacement de Palantir)
  • Government Cloud (85% des fonctions d'AWS)
  • Government App Store  (LL et SaaS)
  • 5G pour tous (en complément des opérateurs)
  • OCP Factory  (à partir de 10.000 serveurs)  

Toutes les technologies (logiciel, matériel) sont disponibles commercialement dans l'annuaire maintenu par le FDL.

 

Deux projets initiables en 3 ans

Le design processeur Xuantie 910 reposant sur l'architecture open source RISC-V a été conçu par la division Pingtouge d'Alibaba créée en 2018. (crédit : D.R.)

  • CPU libre ou sous licence  (à partir de 100.000 serveurs)
  • ASIC libre ou sous licence (à partir de 10.000 switch)

La compétence se trouve au sein de PME européennes de l'écosystème FDL, pas au sein du CAC40.

  • Fujitsu A64FX
  • Xuantie 910 (Alibaba)

Thank You

  • Fonds de dotation pour le web libre (FDL)
  • 147 Rue du Ballon
  • 59110 La Madeleine
  • France
  • +33 6 29 02 44 25

For more information, please contact Jean-Paul Smets, Président of FDL (+33 629 02 44 25).